Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

JAMES HORNER FILM MUSIC | août 24, 2017 |

Scroll to top

Top

L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE LONDRES

L'Orchestre Symphonique de Londres (en anglais : London Symphony Orchestra – LSO) est l'un des principaux orchestres symphoniques anglais. Il fut fondé en 1904.
L'Orchestre symphonique de Londres est célèbre pour les nombreux enregistrements de musiques de film qu'il a effectué tout au long de son histoire (Star Wars, Les Aventuriers de l'arche perdue, Le Petit Dinosaure et la vallée des merveilles, Harry Potter et la Chambre des secrets, Superman).
 
Source : wikipédia

 

FOND MEMORIES EPISODE 7: 1983 - KRULL ET BRAINSTORM

Fond Memories a pour objectif de retracer la vie professionnelle du compositeur James Horner de la façon la plus exhaustive possible. Si vous avez des informations qui peuvent compléter cet épisode, merci de nous contacter. Dans ce septième épisode nous nous intéressons à l'année 1983 et particulièrement à Brainstorm et Krull, deux oeuvres qui ont marqué le début de la carrière de James Horner.   Bandes-originales abordées dans cet épisode : Krull (1983) Brainstorm (1983)     Les succès publics de Star Trek II: The Wrath of Khan (voir épisode 6) et de 48 HRS, les deux productions confiées au jeune James Horner par Joel Sill, vice-président

THE PAGEMASTER et BRAVEHEART – NOUVELLES ÉDITIONS

2015 touche à sa fin, laissant le monde sans un des ses plus merveilleux talent musical. Quelques jours avant la disparition de James Horner le 22 juin 2015, La-La Land Records avait publié une version complète et remasteurisé d'une musique de 1993 : Searching For Bobby Fischer. Dans le même temps été sorti le concerto Pas de Deux, tandis que le début de l'année avait été marqué par l'épique partition pour Wolf Totem.     Puis deux albums posthumes ont suivi : Southpaw (La rage au ventre) et dernièrement The 33 sorti à la mi-novembre. Décembre va nous offrir deux fantastiques cadeaux :

L'HOMME SANS VISAGE : UN PRÉLUDE SYMPHONIQUE

  Par Brigitte Maroillat   L'Homme Sans Visage signe l'entame du voyage de James Horner vers une écriture musicale plus exigeante, relevant davantage du répertoire classique que de l’illustration musicale d’une œuvre cinématographique. James Horner a certes, avant L’Homme Sans Visage, composé des œuvres symphoniques d’envergure, telles que Willow et Le Petit Dinosaure Et La Vallée Des Merveilles, qui l’ont déjà arrimé aux rives du répertoire classique. Mais dans les compositions précitées, les références extrinsèques étaient parties intégrantes du discours musical de par des citations, évidentes à l’oreille, mais intelligemment empruntées. Avec L’Homme Sans Visage, James Horner réhausse son niveau d’écriture en inaugurant

WILLOW LES TOILES ABSTRAITES DE JAMES HORNER

Par David Hocquet Avec l'aimable autoristaion de son auteur. Texte paru à l'origine sur le site Underscores.fr. Lien vers l'article original sur Underscores.fr La partition composée par James Horner en 1988 pour Willow, film de Ron Howard écrit et produit par George Lucas,  s’avère particulièrement intéressante lorsqu’on considère l’approche qu’adopte le compositeur d’un univers familier au spectateur, celui du merveilleux et de l’aventure que Lucas lui-même avait ressuscité dix ans plus tôt avec Star Wars (La Guerre des Etoiles). Dans sa partition pour Star Wars, John Williams avait choisi de créer un lien de familiarité avec le spectateur grâce à des univers musicaux

CHÉRIE, J'AI ÉCOUTÉ JAMES HORNER !

Par David Hocquet Avec l'aimable autoristaion de son auteur. Texte paru à l'origine sur le site Underscores.fr. Concluant pour James Horner une prolifique année, cette partition permet de mettre en lumière le style si particulier du compositeur grâce à cette nouvelle collaboration avec le London Symphony Orchestra. Honey, I Shrunk The Kids (Chérie, j'ai rétréci les gosses) constitue une relative réussite de la compagnie de Mickey dans sa tentative de donner aux longs métrages leur chance de briller au même titre que la tradition prestigieuse entretenue avec l’art de l’animation, alors même que la fin des années 80 souffrait justement d’une


 

Cet article est également disponible en : Anglais