Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

JAMES HORNER FILM MUSIC | December 10, 2016 |

Scroll to top

Top


  • 1.  	An Unsettling Calm (04:27) 2.  	Remember (04:25) 3.  	In Memories Only, The Empty Page (07:52) 4.  	Containment Of A Darker Purpose (07:50) 5.  	The Experiment On Innocence (04:15) 6.  	Confronting Forever (03:48) 7.  	Re-Assembling Shattered Pieces (03:51) 8.  	Profound Emptiness... The Hangar (08:46) 9.  	Erasing The Truth (06:03) 10.  	Children, The Unbroken Bond (03:39) 11.  	End Credits (04:28)

     


  • Orchestrations : James Horner
    Ingénieur du son : Simon Rhodes
    Superviseur du montage : Jim Henrikson
    Monteurs : Joe E. Rand, Ramiro Belgardt
    Programmation synthétiseurs : Randy Kerber, Ian Underwood
    Studio d'enregistrement : Todd-AO Scoring Stage, Studio City

  • Special Recent Posts

    LES ANNÉES TODD-AO

    Todd-AO Scoring Stage, CBS Radford, Studio City. S'il vous arrive de lire en détail les livrets de vos albums de James Horner, vous avez forcément rencontré plusieurs fois le nom de ce studio. En effet, le compositeur y a enregistré plus d'une quarantaine de bandes-originales de film, soit quasiment la moitié de sa discographie. De Swing-Kids (1992) à The Spiderwick Chronicles (2007) en passant par Deep Impact (1998), retour sur ce lieu historique où les notes géniales du maestro ont résonné par milliers. Dans les années 20, le producteur Mack Sennett propriétaire de Keystone Studios et maître des comédies du cinéma muet,[...]

    MÉMOIRE EFFACÉE, ON EFFACE TOUT ET ON CONTINUE...

    Désorientation. Circonspection. Apprivoisement. Immersion… Plongée dans l’abîme glacé d’une musique atemporelle, désincarnée, où l’abolissement des barrières émotionnelles conditionne le retour, transformé, vers la surface. Perdue entre gestes symphoniques magistraux et peintures intimistes lumineuses, Mémoire Effacée surgissait de nulle part au cœur d’une année 2004 déconcertante dans l’œuvre de James Horner, où la folie épique et le romantisme échevelé (Troie) se disputaient au métissage traditionnel (Bobby Jones : Naissance D'Une Légende) et donc à l’expérimentation synthétique la plus absolue. En composant pour le film de Joseph Ruben une musique exigeante, aride dans sa forme et complexe dans sa conception, à l’écart[...]


Cet article est également disponible en : Anglais, Espagnol